Blue Moon

0a_bandeau

Paper Moon, de Peter Bogdanovitch (1973)

Invisible en salles depuis sa sortie en 1973, le film de Peter Bogdanovitch ressort dans un sublime noir et blanc restauré. On y suit les péripéties d’un couple mal assorti, interprété à l’écran par Ryan O’Neal et sa très jeune fille Tatum, dans le Kansas des années 30 avec, en arrière plan, le spectre de la grande dépression.  Ode ludique à la débrouillardise d’un burlesque très enlevé et histoire d’une paternité peu orthodoxe, Paper Moon ne se réduit pas à son iconographie rétro ni à un sage projet de reconstitution Lire la suite

Publicités

madeleine au ketchup

13-09-23_Sebadoh

Is that okay ?? Yeah !

C’est comme ça que se terminent les 50 secondes furibardes de Sickles and Hammers, ce moins 10 d’Une (emprunté aux impérissables Minutemen) que l’ami Lenoir passait souvent en interlude et bouche virgule à la glorieuse époque (nineties quelque chose) des programmes de deux heures. J’avoue que je reste un inconditionnel du punk-rock (s’il faut une étiquette) de Sebadoh, plus encore que de Sonic Youth ou des autres sales gamins de l’indie rock, low-fi-iste, melofistes, que sais-je? Donc Sebadoh revient en octobre avec du nouveau matériel dans la besace, de quoi frétiller comme des ados émoustillés, Lire la suite

Roman(ce) de Gare

image-fugi

« Gare du Nord » de Claire Simon

en salles depuis le 4 septembre

Il faut se précipiter voir « Gare du Nord », le dernier film de Claire Simon, parce que c’est une expérience de fiction assez unique, d’une belle originalité d’écriture, mais également parce que le film s’inscrit dans un projet plus global, avec un webdocumentaire consultable en ligne et un film documentaire, « Géographie Humaine », pas encore diffusé à ce jour. Sortir le volet fiction avant le film documentaire aura suscité pas mal d’incompréhension chez les critiques (y compris les plus influents) qui ont souvent reproché à la cinéaste de ne pas choisir entre le documentaire et la fiction, la taxant paradoxalement d’un excès de mise en scène, et inversement, d’une trop grande morosité liée, à la description sans fard, d’une grise routine et d’un environnement lourd de misère sociale. Ailleurs, c’est surtout la candeur supposée de Claire Simon que l’on a souligné, entre sociologie béate et presque idyllique de cette gare souk, et évocation superficielle des luttes sociales. Le film attise donc les paradoxes : déprimant et misérabiliste pour les uns, fabriqué et didactique, un peu trop romancé ou charmant pour les autres. Plus grave, on lui reproche un projet d’hybridation qui n’est pas le sien, la cinéaste ayant résolument pris le parti de la fiction, campant son film dans l’imaginaire fantastique lié à la gare, un imaginaire collectif, distillé au gré des immersions réalisées sur le lieu, et librement reconstruit dans un scénario qui allie une sorte de conte sentimental à un chassé croisé de destinées romanesques. Lire la suite

Danse avec les loups

Mont,jodo1

La Danse de la Réalité d’Alejandro Jodorowsky (sortie en salle le 4 septembre 2013)

La Danse de la Réalité, dernier opus de la filmographie de Alejandro Jodorowsky, témoigne de la grande force créative de son auteur, désormais octogénaire. Ravivant son enfance sous les traits de son jeune interprète, le réalisateur signe, par delà l’aspect rétrospectif et testamentaire de ce film somme, une œuvre de renaissance, autant personnelle (il se réinvente et s’immortalise en personnage de fiction) que cinématographique (son œuvre, longtemps invisible, a été marquée par de longues périodes de silence contraint). Lire la suite