I can hear your…

MontCoeur0 continuer les battements ?

Publicités

une affaire de core

softcore Carole King lightcore Dione, Burt & Hal silkcore Judee Sill dotscore Ka-Spel dnacore Arto Lindsay Iamblasé’core Jeanne Lee boredombuzzcore Devoto byrdscore Gene Clark dutchcore NITS Dickcore Annegarn Alaincore Bashung blindcore Moondog liquidcore Jeff Martin pleasantcore Tim Buckley crazycore Feelies foll’encore B. Fontaine gitane’core Leprest guncore Jeffrey Lee Pierce fearcore John Cale villagegreencore The Kinks folkmusicore Fairport Convention countrycore Souled American oldixiecore The Band pearlscore Tom Rapp scrapescore Sebadoh AhHumcore Mingus hihicore Fred Frith hellcore Bettye Lavette humblecore dEUS ratéencore Marcoeur lovecore Arthur Lee angstcore Michniak japanesecore Jad continuer

Apartments en boucle | 1 |

Une 1

good evening(s)

Peter Milton Walsh, après avoir été membre éphémère des Go-Betweens en 78, s’est fait connaître avec « The Apartments », un nom de formation choisi en hommage au film de Billy Wilder, « La Garçonnière » (« The Apartment » sans les sous-titres). Ce faux groupe, renouvelé d’album en album au gré d’un parcours très sinueux (un début de carrière partagé entre l’Australie et l’Angleterre, mais vite relocalisé dans le pays d’origine après la banqueroute de Rough Trade, label du premier album), restera avant tout l’œuvre de son leader, auteur, compositeur et seul maître à bord. Tout au long d’une discographie erratique, l’australien se sera construit un monde musical très singulier, épique et introspectif à la fois, une sorte de journal émotionnel, à la croisée du post-punk, du story-telling folk, et d’une pop de chambre hors d’âge. Mais c’est surtout sa voix, véhicule d’une grande sincérité émotionnelle, avec ses éraillements, ses angoisses et sa vulnérabilité, qui, par delà les mélodies, les mots, nous aura durablement attachés à sa production. continuer la lecture

Double entendre

13-07-11_art19_LThompsonOn a tous voulu savoir, ça raconte quoi? On s’est procuré le bottin des textes traduits de Dylan, on a fureté dans un petit Wyatt comparé, puis finalement on a laissé choir le dictionnaire, et on a monté le son parce que, de toute façon, ça nous parlait. Il y a les entre mots, les intonations discrètes, pudiques ou obscènes, le mystère du timbre et puis le flux. Ce que ça débite! Lire la suite

Michel Cloup et Mendelson – amis et ennemis intimes

13-07-13_art19_Cloup-mendelJuillet 2013. Il y a deux ans, presque jour pour jour, l’album de Michel Cloup en duo avec Patrice Cartier, sortait comme ça, sans tapage, avec une belle dignité. « Notre silence » était un disque intimiste, tantôt doux, tantôt rentré, une sorte de mise à plat, économe et épurée. On sentait là, un mouvement, certes modeste, mais assez crucial, autant un bilan qu’une étape. Juste un pas ; un pas juste, aurait-on dit. Aujourd’hui, Michel Cloup partage avec nous, jour après jour, le journal d’un nouvel album qu’il prépare en studio. Le blog s’appelle « ici pour quelques mois ».
Lire la suite