Entretien avec Albert Serra (1ière partie) – « Le sauvage et le contrôlé »

1a_vign entre

Dans cet entretien en trois parties, Albert Serra se livre sur l’évolution de son cinéma, notamment sa tentative de concilier avec ce dernier film le naturalisme et l’improvisation issus de ses premiers films avec une architecture dramatique et narrative plus contrôlée. Le réalisateur revient également sur sa façon d’envisager les icônes, ici Casanova et un vampire inspiré de Dracula, pour contourner une imagerie prévisible et surtout donner un relief plus humain aux personnages… continuer la lecture>

Publicités

Entretien avec Albert Serra (2ième partie) – « la foi dans l’imaginaire »

2b_Mont_acteurs

Même si « Histoire de ma mort » a reçu un accueil largement favorable, certaines critiques se sont élevées contre ce qui leur semblait être un mélange d’arrogance, d’auto-complaisance, voire de mépris pour le spectateur. Pourtant, comment il en témoigne dans cette seconde partie de l’entretien, Albert Serra est bien loin de toute forme de cynisme ou de posture. Le cinéma reste pour lui, plus qu’une question de professionnalisme, une grande affaire humaine qui doit être portée par la foi et la sincérité indéfectible du réalisateur, même si celui-ci s’autorise ça et là des pointes d’ironie ou de provocation… continuer la lecture>

Entretien avec Albert Serra (3ième partie) – « Artifices et liberté »

2a_mont_int

Dans cette troisième partie, Albert Serra parle d’une liberté d’expérimentation et d’interprétation, mais aussi de la licence qu’il prend par rapport aux conventions historiques, notamment celle de conserver des anachronismes si la crédibilité de la scène l’emporte… Cette grande latitude dans le tournage débouche finalement sur la question d’un montage, d’autant plus délicat, qu’il offre des possibilités combinatoires à l’infini… continuer la lecture >

regard caméra

Dominique Cabrera – « Grandir »

sortie en salles le 23 octobre

2_fam

Le dernier long métrage documentaire de Dominique Cabrera est, plus qu’un journal « autobiographique », une chronique familiale. La réalisatrice y observe ses proches, frères, sœur, parents, nièces et neveux, à l’occasion de chaque fête de famille. Un mariage, une naissance, l’évocation d’un exil paternel douloureux… Le film touche par sa justesse et son universalité. continuer la lecture>

le sang des arbres

Albert Serra – « Histoire de ma mort (Història de la meva mort) »

sortie en salles le 23 octobre

0b_foret

Après deux opus qui lui ont valu une belle reconnaissance critique, Albert Serra signe avec ce troisième long métrage de fiction son œuvre la plus improbable, la plus ambitieuse, et peut-être la plus accomplie. « Histoire de ma mort » fait se croiser un Casanova frénétique flanqué de son servant, un ténébreux comte aux aguets, des huîtres, du chocolat et une bête que l’on sacrifie. continuer la lecture>

café irlandais

1_gen h

John Ford – « La Taverne de l’Irlandais (Donovan’s Reef) » (1963)

sortie en version numérique restaurée le 16 octobre

Reprise en salles d’un film tardif de John Ford. Comédie exotique sans prétention, qui fait se retrouver une dernière fois le réalisateur et son acteur fétiche John Wayne, « Donovan’s Reef » se savoure comme un film de vacances décontracté et doucement licencieux. On y voit Lee Marvin, Dorothy Lamour et même Marcel Dalio, dans des apparitions anecdotiques mais toujours plaisantes. Le très beau technicolor, le cabotinage et le relâchement très bon enfant du film, compensent une mise en place fastidieuse et quelques gags assez poussifs. « Donovan’s Reef » demeure en dépit de ses défauts, et peut-être aussi, un peu, à cause d’eux, une œuvre pleine de charme. continuer la lecture>

myxomatose

0_Caza, pays

Carlos Saura – 1966 – « La Caza (La Chasse) »

version restaurée, en salle le 9 Octobre 2013

Reprise d’un des premiers chefs-d’œuvre du réalisateur espagnol Carlos Saura. Daté de 1966 et auréolé par un Ours d’Argent pour sa mise en scène au festival de Berlin en 65, « La Caza » reste encore aujourd’hui une œuvre acerbe d’une inventivité cinématographique fulgurante. Cette « innocente » partie de chasse aux lapins, qui scelle les retrouvailles d’une poignée d’amis, va faire ressurgir les rancœurs et surtout un passé, que chacun s’est évertué à refouler. continuer la lecture>

Film Noir

Borb0_titre

Richard Brooks – « A la Recherche de Mister Goodbar » (1977)

reprise en salle le 2 octobre 2013

Aussi singulier que dérangeant, « A la Recherche de Mister Goodbar » est l’un des derniers films de Richard Brooks, réalisé bec et ongle au sein de la Paramount au milieu des années 70. A travers le personnage de Theresa, une jeune institutrice pour enfants sourds et muets, qui, de nuit, écume les bars pour y éprouver sa liberté, Brooks se fait l’observateur désespéré d’une jeunesse en perdition, avec pour horizon les lendemains désenchantés de la libération sexuelle, les ravages de l’alcool et des drogues dures. Le film, mené sous des airs fallacieux de chronique désinvolte et fantaisiste, se retourne brutalement, avec une fin aussi amère que cinglante. continuer la lecture>