(une synesthésie)   musique additionnelle

syn1_Fanta

Quelques transitions rêveuses de la musique aux images, des images aux mots, des mots musicaux et imagées.

Dream dreams the dreamer. Television me fait toujours rêver aujourd’hui, la guitare pointilliste de Verlaine, sa voix théâtrale et plaintive de fausset. Mais pour l’heure, c’est Alan Vega avec « Dream Baby Dream revisited », accompagné par Alex Chilton et Ben Vaughn qui me fait fantasmer. J’ai déjà parlé de mon admiration de l’album « Cubist blues », un complément imaginaire du film de John Huston, « Fat City ». Mais ici, nous sommes chez João Pedro Rodrigues. La chanson utilisée est un écrin générique. Elle cède le pas aux images, seules autorisées à faire rêver durant le film, leurs forces se suffisant en soi. « O Fantasma ! » Dream dreams the dreamer.

continuer la lecture>

Hoquet Booze

william-eggleston

Fat city. Putain. Incompréhensible, littéralement inc-omp-réh-ens-ible ! J’ai essayé de tendre l’oreille, rien n’y fait. Damn, Damn. Cruels days, baby. Ça roucoule pétarade comme une grosse caisse au moteur enroué, à moins que ce soit ce foutu train d’enfer. Le morceau tournicote ; Vega se gargarise, hoquette ses whoup(s), et ça pourrait continuer comme ça, indéfiniment. Cool, Alex ! Une espèce de confiture, onctueuse et relâchée, pleine d’interjections ; un roulis rythmique désinvolte, pose jazzy, et sneakers barbouillées… par le bitume. C’est la bande son qu’on pourrait se repasser again and again... Stacy, Jeff and Susan ; Alex, Alan et Ben ; again and again Fat City.

« Fat City », Alan Vega, Alex Chilton et Ben Vaughn (album « Cubist Blues », 1996)

William Eggleston, « sans titre », n.d.

(issu du recueil « Los Alamos », 1965-68 and 1972-74, publié chez Scalo en 2003)

© Eggleston Artistic Trust

Musique insurrectionnelle

art9_peperEté 2000. La fin des études approche mais j’ai raté mon concours. Il n’empêche, la bande et moi (suis toujours un peu à la traîne), on vole à New York. J’ai pas le fantasme des Etats-Unis et je pars presque à reculons. Je découvre le jazz « historique », bop et followers, confusion des étiquettes, libres, lettre M, Charles Mingus. All Blues accompagne mes pérégrinations en bande son invisible. Beaucoup de souvenirs en suspension Lire la suite