une histoire de temps

À l’hyperréalisme de « Boyhood », on préfèrera la réinvention plus poétique de Bill Douglas, réalisateur écossais, qui narrait sa propre vie dans sa trilogie des années 70. Au rythme des trois films qui la composait, on voyait également grandir un jeune garçon. Stephen Archibald, lui-même issu d’un milieu populaire, (re)jouait l’enfance malheureuse du cinéaste. On sentait pourtant que la trilogie ne se bornait pas à une simple reproduction, ou à un leurre : elle accusait les sensations, les climats et les moments, comme autant de petites épiphanies, si douloureuses soit-elles. Il y avait autant de crudité que de transcendance dans ces tableaux affectifs avec leurs instantanés, un peu brutaux et hiératiques. Mais l’on y sentait surtout une authenticité liée au portrait croisé de ces deux enfances « surimprimées ». Les films documentaient autant la vie du jeune acteur que celle remémorée du cinéaste dans un jeu de balancier ambigu. Le procédé tenait de l’échange fasciné : une collaboration, pudique, généreuse, distanciée, comme si chacun s’avouait, en confiant sa propre matière – personnelle – à l’autre, plus ou moins directement. Cette synthèse autobiographique(s) donnait à la trilogie une beauté implicite. L’éloquence visuelle, la manière de se comporter à l’écran, se passaient de tout commentaire ou de dialogues explicatifs.                                                                 

My Way Home (2)My Way Home (3)My Way Home (5)My Way Home (10)My Way Home (11)My Way Home (12a)My Way Home (12b)My Way Home (13)My Way Home (14)Bill Douglas, « My Way Home » (1978) © BFI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s