mmm…j’ai déjà du entendre ça quelquepart

13-07-05_art18_mamaPermets-moi, je t’en prie, Marie. Permets-moi pour une sombre histoire de cul… Comprenez tous les deux une fois pour toutes que les histoires de cul n’ont absolument aucune importance. Et que je suis tellement heureuse avec vous deux. Et que vous vous baisiez, j’en rien à foutre. Comprenez-le au moins une fois pour toutes que j’en ai rien à foutre. Que je vous aime. Regardez, je commence à être saoule et je bégaie et c’est absolument horrible, parce que ce que je dis je le pense réellement. Et je pourrais rester tout le temps avec vous tellement je suis heureuse. Je me sens aimée par vous deux.          Et l’autre qui me regarde avec les yeux en couilles de mites, d’un air sournois, en pensant : oui, ma petite, tu peux toujours causer, mais je t’aurai. Je vous en prie, Alexandre, je ne joue pas la comédie. Mais qu’est-ce que vous croyez…        Pour moi, il n’y a pas de putes. Pour moi, une fille qui se fait baiser par n’importe qui, qui se fait baiser n’importe comment, n’est pas une pute. Pour moi il n’y a pas de putes, c’est tout. Tu peux sucer n’importe qui, tu peux te faire baiser par n’importe qui, tu n’est pas une pute.         Mais je suis bien d’accord.         Il n’y a pas de putes sur terre, putain, comprends-le. Et tu le comprends certainement. Il n’y a pas de putains, qu’est-ce que ça veut dire putain. La femme qui est mariée et qui est heureuse et qui rêve de se faire baiser par je ne sais qui, par le patron de son mari, ou par je ne sais quel acteur merdique, ou par son crémier ou par son plombier…Est-ce que c’est une pute ? Il n’y a pas de putes. Y a que des cons, y a que des sexes. Qu’est ce que tu crois. Ce n’est pas triste, hein, c’est super-gai.        Et je me fais baiser par n’importe qui et on me baise et je prends mon pied.        Pourquoi est-ce que vous accordez autant d’importance aux histoires de cul? Le sexe… Tu me baises bien. Ah, comme je t’aime. Il n’y a que toi pour me baiser comme ça. Comme les gens peuvent se leurrer. Comme ils peuvent croire. Il n’y a qu’un toi, il n’y a qu’un moi. Il n’y a que toi pour me baiser comme ça. Il n’y a que moi pour être baisée comme ça par toi.        Quelle chose amusante. Quelle chose horrible et sordide. Mais, putain, quelle chose sordide et horrible. Si vous saviez comme je peux vous aimer tous les deux. Et comme ça peut être indépendant d’une histoire de cul. Je me suis fait dépuceler récemment à vingt ans. Dix-neuf, vingt ans. Quelle chose récente. Et après, j’ai prix un maximum d’amants. Et je me suis baiser. Et je suis peut être une malade chronique… le baisage chronique. Et pourtant le baisage, j’en ai rien à foutre. Me faire encloquer, mais ça me ferait chier un maximum, hein ! Là, j’ai un tampax dans le cul, pour me le faire enlever et pour me faire baiser, il faudrait faire un maximum. Il faudrait m’exciter un maximum. Rien à foutre. Si les gens pouvaient piger une bonne fois pour toutes que baiser c’est de la merde. Qu’il n’y a qu’une chose très belle : c’est baiser parce qu’on s’aime tellement qu’on voudrait avoir un enfant qui nous ressemble et qu’autrement c’est quelque chose de sordide…        Il ne faut baiser que quand on s’aime vraiment… Et je ne suis pas saoule…si je pleure…Je pleure sur toute ma vie passée, ma vie sexuelle passée, qui est si courte. Cinq ans de vie sexuelle, c’est très peu. Tu vois, Marie, je te parle parce que je t’aime beaucoup. Tant d’hommes m’ont baisée. Ils m’ont désirée, tu sais. On m’a désirée parce que j’avais un gros cul qui peut être éventuellement désirable. J’ai de très jolis seins qui sont très désirables. Ma bouche n’est pas mal non plus. Quand mes yeux sont maquillés ils sont pas mal non plus. Et beaucoup d’hommes m’ont désirée comme ça, tu sais, dans le vide. Et on m’a souvent baisée dans le vide. Je ne dramatise pas , Marie, tu sais. Je ne suis pas saoule. Et qu’est-ce que tu crois, que je m’appesantis sur mon sort merdique. Absolument pas. On me baisait comme une pute. Mais tu sais, je crois qu’une jour un homme viendra et m’aimera et me fera un enfant parce qu’il m’aimera. Et l’amour n’est valable que quand on a envie de faire un enfant ensemble. Si on a envie de faire un enfant, on sent qu’on s’aime. Un couple qui n’a pas envie de faire un enfant, ce n’est pas un couple, c’est une merde, c’est n’importe quoi, c’est une poussière…les super-couples libres…Tu baises d’un côté, chéri, je baise de l’autre. On est super-heureux ensemble. On se retrouve. Comme on est bien. Mais c’est pas un reproche que je fais, au contraire. Ma tristesse n’est pas un reproche, vous savez. C’est une vielle tristesse qui traîne depuis cinq ans. Vous en avez rien à foutre. Regardez tous les deux, vous allez être bien…Comme vous pouvez être heureux ensemble.

ensemble.

ensemble.

ensemble.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s